Écrire, de mère en fille

La spécialiste et la référence du web et des réseaux sociaux, Michelle Blanc, que j’ai consultée un jour pour m’aligner correctement en matière virtuelle, m’avait bien dit: « De temps à autres, change de sujet. Cause, placote, change la mal de place, humanise-toi ». Voici donc le segment humain. Éloignons-nous volontairement de la photographie.

Si on causait souvenirs? Je songeais hier au présent, tout en surfant sur les vagues du passé, quand ça m’a sauté aux yeux. D’hier à demain, au fil de cette vaillante lignée de femmes volontaires… je réalise que je répète aujourd’hui, devant mon MacBook Pro retina 13 pouces, ce que ma mère faisait chaque jour, dans le bon vieux temps, avec sa Hermes 3000…

… Écrire, raconter sa vie, partager ses spleens, ses joies, ses passions, envers et contre tout. C’est ce qui l’a sauvée de la dépression, de la descente aux enfers, de la mort, au fond. Chaque bouquin, jusqu’à l’ultime échange mère-fille, a signé une victoire contre la paralysie.